A l'origine du projet...

 

Un carrefour dangereux

Le carrefour Lamaze, correspondant à la sortie n°3 de l’autoroute A1 (N401), est emprunté quotidiennement par 55 000 automobilistes franciliens, ainsi que par environ 200 écoliers pour rejoindre, à pieds, les groupes scolaires du quartier (école maternelle Marville, écoles élémentaires Blériot et Saint Exupéry). En plus d’être accidentogène, cet axe routier est perçu comme une coupure urbaine inhospitalière et sale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vue sur le carrefour Lamaze (droits réservés, copyright JSD)

Une pétition lancée par des parents d'élèves

"STOP aux accidents mortels d'enfants sur les passages piétons à Saint-Denis"

>> Accéder à la pétition en ligne <<

55 000 véhicules prennent le carrefour "Lamaze" tous les jours

 

 

 

 

 

 

A la suite d'un accident mortel d'enfant dans le quartier voisin du Franc-Moisin, une pétition en ligne a été lancée en décembre 2016 par des parents d'élèves pour la sécurisation des carrefours dangereux à Saint-Denis par l'installation par exemple de radars, panneaux lumineux et la surveillance physique aux heures de grande fréquentation par les écoliers. Elle a recueilli au total près de 400 signatures (240 en ligne et une centaine sur la version papier).

Six mois après le lancement de la pétition, le Conseil Départemental de la Seine-Saint-Denis a engagé des travaux sur ce carrefour. Mais, les principes de ces travaux ont été présentés aux riverains et parents d’élèves en mai 2017 à l’occasion d’une réunion de quartier, et ont été jugés largement insuffisants ne prévoyant par exemple pas de radars etc (dispositifs pourtant  habituellement rencontrés dans ce type de situation). Les parents d'élève ont alors proposé de les fabriquer eux mêmes avec les habitants du quartier, et en particulier les enfants et les jeunes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Légende des photographies ci-dessus :

Les récents travaux n'ont pas fait l'objet de l'installation de radars ni de plus de surveillance mais n'ont pas non plus amélioré les problèmes récurrents d'évacuation des eaux pluviales que connaissait déjà le carrefour, obligeant les piétons à faire de grands détours par la chaussée pour traverser, s'exposant un peu plus à des risques d'accident.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now